Merveilles à Chenonceau

Le Château de Chenonceau est toujours bien décoré de fleurs, souvent issues du jardin potager en saison.
Pour les fêtes de fin d'année, la décoration est particulièrement spectaculaire, réalisé par des employés du château, qui se lèvent très tôt, car tout doit être en place, ou rafraichi avant l'ouverture aux visiteurs....à 9 heures.
J'essaie d'y aller chaque année. C'est différent à chaque fois, mais j'adore, et les touristes aussi.

Merveilles à Chenonceau
Merveilles à Chenonceau
Merveilles à Chenonceau
Merveilles à Chenonceau
Merveilles à Chenonceau
Merveilles à Chenonceau
Merveilles à Chenonceau
Merveilles à Chenonceau
Merveilles à Chenonceau
Merveilles à Chenonceau
Merveilles à Chenonceau
Merveilles à Chenonceau
Merveilles à Chenonceau
Merveilles à Chenonceau
Merveilles à Chenonceau
Merveilles à Chenonceau
Merveilles à Chenonceau
Merveilles à Chenonceau
Merveilles à Chenonceau
Merveilles à Chenonceau
Merveilles à Chenonceau
Merveilles à Chenonceau
Merveilles à Chenonceau
Merveilles à Chenonceau
Merveilles à Chenonceau
Merveilles à Chenonceau
Merveilles à Chenonceau
Merveilles à Chenonceau
Merveilles à Chenonceau
Merveilles à Chenonceau
Merveilles à Chenonceau
Merveilles à Chenonceau
Merveilles à Chenonceau
Merveilles à Chenonceau
Merveilles à Chenonceau

Une pièce qui me touche  est la chambre de Louise de Lorraine qui fut reine de France de 1575 à 1589, suite à son mariage avec Henri III de France, fils de Catherine de Médicis.
Femme douce, elle l'aimait, malgré ses infédélités, et lui l'aimait aussi.
Son époux fut assassiné, sans descendance.
Elle prit le deuil en blanc, et son entourage était aussi vêtu de blanc. sa chambre était peinte en noir et sombre. Elle résida 11 ans à Chenonceau.

Merveilles à Chenonceau

La grande galerie qui enjambe le Cher fut transformé en hôpital pendant la guerre de 14-18, par la générosité de son propriétaire de l'époque, Gaston Menier.
Plus de 2000 blessés y furent soignés.

Merveilles à Chenonceau

Je vous parlerai des jardins une autre fois sans doute !

Merveilles à Chenonceau
Retour à l'accueil