les grands chantiers de l'hiver

Depuis des années, il y a ici périodiquement des chantiers en hiver. Cela permet d'étaler les dépenses de rénovation qui finissent par compter, et d'occuper l'esprit dans des moments un peu difficiles à passer.
Il y a les changements visibles, et ceux qui se font en sous-sol...
Côté jardin, l'an dernier le raccordement au réseau a été une épreuve tant pour le moral (ça a duré 1 an) que pour les nerfs (bip bip bip bip ....) et les finances ( aïe).


Il faut donc faire des projets !
Il y a eu le jardin sec sur l'endroit éventré par les engins...J'espère que les lavandes, les iris et autres amies du sec vont prendre leur élan cette année (le dos va mieux, merci)

les grands chantiers de l'hiver

Il y a le jardin mouillé, un trou commencé à l'emplacement d'une ancienne mare comblée, envahi par les ronces, que j'ai fait recreuser pour le plaisir des petites bêtes qui aiment l'eau: grenouilles, salamandres etc.. L'été dernier a été si sec que la petite faune a souffert malgré le recours au tuyau d'arrosage et les gamelles d'eau.
Et je rêve aussi de quelques plantes de millieu humide comme celles qui attendent patiemment dans les lessiveuses en zinc !

1er livre de philosophie !

1er livre de philosophie !

Je me suis donc documentée un peu sur "comment on fait ?

Des niveaux différents, une pente douce au moins d'un côté, les blogs de ceux qui se sont lancés dans l'aventure (Merci Virginie, merci Arnaud).
La bâche attend dans mon coffre de voiture, il a tant plu ces jours-ci que le trou est plein d'eau, ce qui arrive tous les ans, mais l'argile du fond est poreux, quelqu'un n'a pas dû remettre la bonde.... il y a longtemps.


 

Voilà le trou en cours, il n'y a pas de quoi nager non plus !...

Voilà le trou en cours, il n'y a pas de quoi nager non plus !...

Les chantiers, même petits aident à aller de l'avant...

Ceci dit, quand on entretient ou aménage son jardin avec l'idée de le faire visiter pour une "bonne cause", il faut faire attention à qui on s'adresse, car je ne souhaite à personne ma mésaventure d'il y a 3 ans, avec une association douteuse, car entretenir un jardin pour l'ouvrir au public est un investissement en énergie, au minimum... en argent aussi. Et quand on se rend compte qu'on est au centre d'un panier de crabes, on risque bien de se dégoûter de son jardin. ce qui a failli être mon cas.

Il y a un vent à décorner les boeufs, le ciel est gris, je vous souhaite un week-end cocooning !

Retour à l'accueil