Bourdon sur du lamier pourpre à l'île de la Folie

Bourdon sur du lamier pourpre à l'île de la Folie

Ici on n'entend pas les cloches. Elles m'ont longtemps manqué.


Ma mère m'avait fait tricoter un pull neuf, presque le même pour mon petit frère, par une dame qui avait une machine à tricoter.
Je me souviens d'un, marine, avec une rayure vert émeraude, un modèle de Modes et Travaux.

Nous allions le matin chercher nos œufs dans le jardin: les cloches étaient revenues au clocher de l'église, elles sonnaient à toute volée. Et bien sûr nous allions à la messe, chanter Christ est mort et ressuscité, Alleluiah... en priant pour que la paix revienne .

Nous préparions le premier pique-nique aux Petits perdreaux, sur le plateau de Lallah Setti, une sainte femme de l'Islam.
Les pêchers en fleurs, les premières orchidées abeille, une tortue sortie de son sommeil, les pins, les anémones bleues parmi les rochers.
Les oeufs durs dans le panier d'osier, les coquilles cassées sur nos fronts.
De la Coca, une tourte pleine d'une sorte de ratatouille.
De la Mouna avec ses cristaux de sucre collés dessus.

Je vous souhaite de Bonnes Pâques.

Retour à l'accueil