les platanes du Parc du château de Richelieu.

les platanes du Parc du château de Richelieu.

Un bout de conversation il y a quelques années, rappelé par Sophie de Citrouilles et Lutins
On la connait davantage sur facebook... tu mets ton blog à jour , Sophie ?

Les jardins sont différents de la nature, par ce qu'ils contiennent bien sûr, mais surtout parce qu'ils sont les reflets des âmes de leurs créateurs respectifs, de leurs rêves, de leurs cauchemars, de leurs vies. Comme une écriture, parfois un brouillon.

J'avais envie, à l'issue du beau, et ultra sympathique Festival de Musique de Richelieu, de faire un détour par le Cotentin (où l'herbe est en effet bien plus verte qu'ici en ce moment!). Avec ma cops Claire, on a donc visité plusieurs jardins en une semaine, et aucun ne ressemble à l'autre.

Il y a eu le jardin du Château du Rivau, près de Chinon, après l'adorable jardin-cour de Manu et la maison de Rabelais (la Devinière), puis en passant le Parc botanique de Haute-Bretagne  du côté de Fougères.
Dans le Cotentin, la Bizerie de Jérôme Goutier, président de Cotentin Côté Jardins, association qui fédère 32 jardins privés dont le Jardin adorable de Toucan fleuri de Michèle Volpoët  et le Jardin (exotique) de Vauville de Guillaume Pellerin et Cleophée de Turckheim, et retour pa.r la Normandie et les superbes Jardins de Castillon Plantbessin de Colette Sainte Beuve, avec pour les formes taillées le paysagiste-graveur François Houtin, dont j'ai vu il y a longtemps les oeuvres gravées exposées à Bagatelle à Paris, celles qui ont inspiré les formes de Castillon, plus sages.

Je n'ai pas envie de les comparer, chacun a sa beauté, son inspiration, ce truc bien personnel que n'aura pas forcément un jardin institutionnel, même si je l'aime.
 

François Houtin, "Temple d'Amour" - Lavis d'encre de chine, 77 x 57 cm, 1997.

François Houtin, "Temple d'Amour" - Lavis d'encre de chine, 77 x 57 cm, 1997.

Il reste à reprendre ses esprits, le traintrain quotidien, et arroser le petit jardin qu'on a dans un coin du coeur quand on visite ces chefs d'oeuvres fragiles et vivants.

Je ne sais pas chez vous mais ici c'est sec sec sec, il est temps qu'il pleuve un peu, et mon bout de paradis est un paillasson, les feuilles sont toutes molles. Même le jardin sec n'en peut plus !


Hier soir j'ai trouvé un hérisson adulte mal en point, épuisé par la sécheresse, sans doute parasité, ce matin il n'avait pas eu le force de retrouver son abri. Si c'est une femelle, elle a peut-être abandonné des bébés, je cherche ! Il ou elle est à l'abri dans ma cuisine.
Ce soir, vermifuge, nourrissage. ..

Un peu de musique pour rêver à l'ombre !

"Le jardin vous prend dans ses bras quand les autres rêves se sont évanouis".
Retour à l'accueil