Le charmant Musée de la Vie romantique à Paris prolonge jusqu'au 29 Octobre prochain cette exposition . On peut y grignoter dans le jardin.
* fermé le lundi, 10h/18h, gratuit pour les Romains et les militaire "Sentinelle" et quelques autres...
16 rue Chaptal-75018 Paris Métro Pigalle
Musée de la vie romantique (lien)

J'ai fait mon baluchon pour la Capitale, où je n'ai pris que le bus 67 Austerlitz-Pigalle (tout proche de la rue Chaptal) et fait de la marche à pieds, notamment les escaliers de la Butte Montmartre ...

Voyez les Pavots de Redouté :

 

Je les ai rapportés... en reproduction bien sûr !

Pierre-Joseph Redouté, né en Belgique d'une famille de peintres à Saint-Hubert en 1754, est venu à Paris à 24 ans avec ses frères. Il y a vécu jusqu'à 80 ans.
Initié par le peintre Van Spaendonk à la peinture de fleurs, il deviendra maitre de dessin au Museum, aura la protection de Marie-Antoinette puis celle de Josephine de Beauharnais, en traversant la Révolution française.

Redouté sur wikipedia

Il a produit de nombreux vélins, dessins à la mine de plomb d'une grande délicatesse et d'une précision formidable, aquarelles sur vélin et papier, et des tableaux dans l'esprit des maîtres hollandais, ainsi que des gravures au petit point.

Ses oeuvres sortent rarement de l'ombre des collections du Museum.

Centaurée à la mine de plomb..., quelle finesse!
 

Un diaporama:

Images publiées par le Musée de la Vie romantique sur sa page facebook
Images publiées par le Musée de la Vie romantique sur sa page facebook
Images publiées par le Musée de la Vie romantique sur sa page facebook
Images publiées par le Musée de la Vie romantique sur sa page facebook
Images publiées par le Musée de la Vie romantique sur sa page facebook
Images publiées par le Musée de la Vie romantique sur sa page facebook

Images publiées par le Musée de la Vie romantique sur sa page facebook

Il s'est affranchi de la tradition de tracer un entourage doré comme autour du cactus que je vous montre, il a aimé laisser des dessins au crayon sans couleur, pour ne pas masquer des détails, de même il se procure des vélins de grande surface pour ses collections de planches de liliacées. Car il n'a pas dessiné que des roses dont on voit à mon avis trop souvent de mauvaises reproductions, et à toutes les sauces.


Il a été le maître notamment de plusieurs femmes dont les oeuvres sont aussi d'une grande beauté.
 

Pour rester dans l'esprit de Redouté, je suis allée aussi marcher dans le Jardin de Plantes , où je voulais absolument voir dans la Galerie de botanique les oeuvres des élèves de Agathe Haevermans, dessinatrice scientifique au Museum national d'Histoire naturelle, et présidente de la SFIB, Société Française d'Illustration Botanique dont j'ai le privilège de faire  partie.
Lien SFIB
Et j'ai là encore vu des chefs d'oeuvre !

Avant de rentrer en Touraine j'ai parcouru les allées du Jardin des Plantes qui a bien changé "en bien", finis les alignements de begonias, sur des pelouses ennuyeuses mais un régal de d'espaces  plantés et pédagogiques, une exposition sur les méthodes de culture respectueuses du milieu naturel.
Cela m' a bien plu, comme cela plairait à Redouté: les cultures étaient bio à son époque...

 

Retour à l'accueil