La lune en maraude au coeur des vergers
Grimpait aux pommiers en jupon d'argent
Surgirent des chiens rauques, déchaînés.

La lune s'enfuit, laissant un enfant.

Il vint avec nous en classe au village,
Tout-à-fait semblable aux autres garçons
Sauf cette clarté nimbant son visage
Sous le feu de joie de ses cheveux blonds.

 

Il aimait la pluie, les sources, les marbres,

Tout ce qui ruisselle et ce qui reluit ;

Le soir il veillait très tard sous les arbres

Regardant tomber lentement la nuit.

 

La lune en maraude au coeur des vergers

Vint chercher l'enfant un soir gris d'automne :

Vite, il  s'envola. J'entends à jamais

Le bruit de son aile amie qui frissonne.

 

Marc Alyn

                     

 


qui est Marc Alyn ? voir ici (lien)

pour Frédéric, mon fils, né aujourd'hui
 

 


merci à
http://revesetecrituresdalice.over-blog.com/article-jeudi-en-poesie-enfances-92455494.html

 

La neige a fondu, les hellébores redressent doucement la tête et il fait beau...

Les jours se suivent, et la vie reprend son cours doucement.

 

Retour à l'accueil