Ohlalala, que ça passe vite !  la glycine qui n'a pas gelé  est fanée, elle a été su-blime cette année. Il y en a de plus sublimes, mais celle-là est ici...


Après la glycine il y a eu les Iris pallida, les soit-disant "iris ordinaires" qui ne le sont pas, ce sont des iris botaniques, dit Iris de Florence ou iris à parfum avec leur papier de soie comme écrins pour leurs boutons.

Les pivoines passent comme l'éclair, la belle Renkaku blanche avec son tutu est déjà partie vers 2020, il en reste une jaune orange et ses feuilles d'or, et les herbacées pourpre qui enlacent les érables japonais en pots.
 

et arrivent les grands Iris germanica qui sont fabuleux cette année, quel bonheur !
 

Iris Andalou, avec un Choysia , et d'autres choses pourpres...

Il ne manquerait plus que les roses s'ouvrent, et ce serait un mois de mai débordant, foisonnant, comme tous les mois de mai qui devraient durer, durer, durer...

Madame Alfred Carrière devant la cuisine

Je vous embrasse et vous souhaite un beau dimanche !

 


 

 

Retour à l'accueil