Qui suis-je ?
Catherine Delhom. Parisienne d'adoption, expatriée en Loir et Cher depuis plus de 20 ans j'ai choisi une vie plus calme, proche de la nature où j'ai vécu toute mon enfance.
Urbaniste amoureuse de la ville, j'ai réalisé que j'avais besoin d'animaux, d'air à peu près pur, le voir le ciel, de sentir passer les saisons, et d'être au plus près de mes modèles favoris.




"Des moines du Moyen-Age à Redouté et Van Gogh, les peintres inconnus ou illustres ont très souvent représenté des éléments végétaux, fleurs, fruits branchages... ou animaux, plumes, coquillages.

 

Dans un tableau, ils entrent souvent dans la composition de «natures-mortes», mieux nommées en anglais « still-life » ; ils avaient souvent un rôle symbolique, représenter l’un des cinq sens, un trait de caractère ou une vertu : la rose ou 1e lys étaient pureté ou virginité, le blé la fécondité, la tulipe parfois la vanité.

Le dessin et la peinture botanique ont eu diverses fonctions selon les époques et les coutumes: éléments de tableaux, ou modèles de sculpture, illustrations botaniques destinées à la médecine, souvent naïves, souvenirs de voyages lointains ou dans un jardin, pages de catalogues comme les tulipes en Hollande au 17ème siècle...

 

Quand on peint une rose, une cerise, parfois plume ou coquillage, le temps s’arrête, les soucis du quotidien s’estompent et le regard découvre peu à peu des couleurs, des formes, des fragilités auxquelles on ne prête guère attention quand on est pressé."

 

Retour à l'accueil