DSCN1426.JPG

Enferme cet été dans une botte de paille,

dans une tour de sable, dans une étreinte de vent,

dans le calice d'un pavot.

Enferme-le afin qu'il puisse apparaître un jour où tu seras seul l'hiver,

apparaître comme un parfum,

comme un nom oublié,

comme un signe salutaire...

Poésie macédonienne que j'ai recopiée il y a des années sur un bout de papier

 

J'ai lu ce texte un jour où j'ai eu conscience de vouloir arrêter le temps sur un de ces moments, paisible et unique; il me fait penser aussi à ce bébé lièvre de 90 grammes que j'aurais voulu sauver il y a quelque temps...
On en fait des terrines, j'y ai vu un être vivant qui hurlait de terreur, il était trop petit pour une terrine, et pour survivre sans sa mère.

il pleut ce matin ...

Retour à l'accueil