Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
aquarelle, jardin ... ...et autres rêves

Le jardin des hellébores.(1/2017)

Catherine Delhom

J'écris chaque année un article sur les hellébores.
Un ravissement en fin d'hiver et une histoire d'amour de près de 40 ans.

J'ai fait leur connaissance en 1981. Mes parents qui vivaient à Grenoble ont acheté une petite maison en moyenne montagne dans le massif de Belledonne à 1000 mètres d'altitude, la limite des feuillus et des sapins.
Sous les sapins et les bouleaux du terrain, dans un éboulis en pente, ma mère a découvert un tapis d'une étrange fleur d'un rose violacé foncé, des feuilles immenses, identifiées tel un trésor sous le nom d'Hellébores orientales.

Une touffe avait été plantée par le vieux jardinier italien  (ou polonais ?) ancien propriétaire d'une parcelle sans maison. Il montait de la ville en vélo, ou en car, tous les samedis pour jardiner. Il devait avoir des jarrets d'acier.... et son terrain est tombé à l'abandon.
Ces hellébores laissées libres ont prospéré, grainé. Leurs feuilles sèches sont devenues des abris pour les graines qui ont fini au fil des ans par former tout un tapis. J'adorais ce coin-là,  fleuri dès la fonte des neiges.
Ma mère retirait quelques vieilles feuilles une fois sèches, si elles n'avaient pas disparu d'elles-mêmes. Aucun arrosage, les feuilles mortes des arbres au-dessus, des bouleaux restaient sur place.
Pas question de maladies ou je ne sais quoi. la nature fait bien les choses.

Mon premier dessin "de fleurs" lors de vacances de février, fut encadré par mon père ... c'est à cause de cette fleur que j'ai commencé le dessin botanique.

J'ai eu mon jardin en Touraine l'année où mon père a disparu; la première plante que j'aie rapportée de chez mes parents a été une touffe de (cet) cette hellébore (H. orientalis). Entre-temps, j'ai rencontré l'hellébore blanche (blanc) Rose de Noël (H. Praecox) qu'on trouve surtout chez les fleuristes, l'hellébore fédide (H. foetidus), l'hellébore de Corse (H. argutifolius)
Et de biens jolis hybrides d' Helleborus orientalis..

Les pépiniéristes enlèvent les feuilles de leurs pots, m'a-t-on dit chez Lemonnier il y a quelques années, parce qu'elles prennent de la place dans les transports, et font chavirer les pots en plastique, trop légers. Mais sur les pieds-mères, je milite ardemment pour le maintien des feuilles jusqu'au complet développent des feuilles neuves, qui prennent le relais de la photosynthèse*. J'ai fait l'essai puisque j'en ai beaucoup: Celles dont j'ai retiré les feuilles s'étiolent . J'ai beaucoup de limaces et escargots et pourtant zéro dégâts sur les hellébores (et ici c'est zéro  pesticides, zéro engrais).

L'été dernier il a fait très sec. Mes hellébores sont plantées au Nord de la glycine à ombre sèche, en terre lourde, argileuse. j'ai vu les feuilles se déhydrater, devenir grisâtres, pendouillant comme les parasols refermés.

Au point où on était (et un zeste découragée) je n'y ai pas touché. Quelques arrosages au tuyau n'ont rien changé. Et j'ai eu la surprise quand il a plu sérieusement de les voir reverdir, remonter en un clin d'oeil. Les hellébores sont en super-forme encore cette année !

(Celles que j'ai plantées côté soleil sont moribondes.)

Laissez faire la nature, elle vous le rendra...

C'est aussi le coin des fougères, des cyclamen coum, un camelia (trop rouge) bientôt un petit-frère...un "camelia champêtre au parfum de cannelle" de chez Promesse de fleurs et quelques bricoles de mi-ombre.

Je m'amuserais bien à faire des hybridations moi-même, mais d'autres font ça si bien... et je les remercie d'avoir enrichi ma petite collection !

* Mais chacun fait comme il veut !

(à suivre...)

 

En savoir plus sur les variétés d'hellébores, sur le site de la pépinière Lemonnier.

Commentaires

Mo 27/02/2017 21:29

J'ai encore les blanches et les rouges que tu m'as envoyées il y a quelques années. L'emplacement où je les ai mises a dû leur plaire car elles se sont bien étoffées.
Bises
Mo

catherine 27/02/2017 10:49

comme une nouvelle, très agréable à lire, les hellébores sont donc précieuses pour toi..
j'en ai quelques unes au jardin et c'est vrai que ce sont des fleurs précoces et ravissantes..
bon lundi!

Pa 26/02/2017 19:44

Bonjour Catherine,
Oui hellébore est un nom masculin. Hellébore et alvéole sont 2 mots qui deviennent progresivement féminins du fait d'un usage impropre. Ce sont les transformations de la langue. Merci pour vos articles toujours intéressants.
Françoise

Sylvaine 25/02/2017 23:11

J'adore te lire Catherine, tu es une conteuse née.
Je n'enlève pas les feuilles non plus, je pense qu'elles ont une utilité et dans la nature, elles les gardent.
Elles ont souffert cet été,les pieds dans les racines de mes arbres qui pompent tout mais comme dans ton jardin, elles ont ressuscité à la première pluie d'automne.
Bisous

Emmanuelle 25/02/2017 16:16

Bonjour Catherine ,j'aime votre page d'écriture et les souvenirs de vos hellébores ainsi que vos conseils ,moi et ma terre argileuse vous remercie car à ce jour toujours pas planter cette merveille que j'admire sur les blogs ,
Beau weekend Catherine .
Emmanuelle

CetB 25/02/2017 10:55

C'est rigolo car chez nous les couleurs sont inversées : les hellébores sont d'un jaune-crème et les primevères voisines sont mauves. Elles sont magnifiques cette année ! Peut-être est-ce le froid de décembre et janvier qui les a revigorées ?
Bises des Chambaran. C&B

cricri du 37 25/02/2017 10:47

J'adoooooooooooooooore les hellebores que moi j'ai découvertes récemment !!

Quelle chance que grâce à elles tu aies commencé le dessin botanique...

Moi, j'ai scrappé récemment mon hellébore de Noël, ma première achetée ici :

http://mescouleursdevie.blogspot.fr/search?updated-max=2017-02-02T04:05:00-08:00&max-results=7 , mais j'avoue que cela me peine de n'avoir pas eu ce don du dessin, de l'aquarelle....ce sera pour une autre vie j'espère..., je serai artiste alors !!!

Quelle belle façon tu as de raconter les souvenirs de la maison familiale du massif de Belledonne, c'est si beau de suivre tes mots et d'y être, ne serait ce que par la pensée, j'ai toujours l'impression de lire du Colette quand je te lis...

Merci de ces merveilleux moments de partage Catherine, bisesssssssssssssss de Vouvray

lemaire annie 25/02/2017 10:46

toujours aussi bien écrit . bises périgordines